Satisfaisant
Grave

TEMISCAMINGUE

Situation difficile pour plusieurs intervenants au soutien à domicile

Bonjour, Très belle initiative cette création de site internet. Je voudrais parler d'un aspect qui a des répercussions directes sur la clientèle en perte d'autonomie et leur famille. Le travail demandé aux différents professionnels de l'équipe du soutien à domicile et de plus en plus exigeant. Le nombre exigé de rencontres par jour à domicile a augmenté, le nombre de clients attribué à chaque intervenant ne cesse d'augmenter et la complexité des cas est très importante. On exige aussi aux intervenants de compléter des outils d'évaluation de plus en plus longs et complexes. Avec le vieillissement de la population, il est bien certain que cela affecte le nombre de demande d'aide à domicile. Toutefois, aucune augmentation de personnel suit cette grande croissance de demandes. Bref, les intervenants vivent énormément de pression chaque jour. Cela affecte bien entendu le climat de travail et la qualité des services à la population. Régulièrement j'entends des membres de mon équipe parler de retraites devancées, de changement de carrière. Les congés maladie sont aussi en augmentation importante dans les dernières années. Il devient primordial de voir à l'amélioration de la qualité de vie au travail pour améliorer la santé des intervenants, la stabilité des membres de l'équipe et la qualité des services offerts à la population.

Hospitalisation de V-M à R-N partie 2

Après quelques minutes, je rencontre l’infirmière qui va faire des suivis avec moi. Nous allons dans une salle de conférence. Encore une fois, j’ai droit à plusieurs questions. Le psychiatre va venir nous rejoindre. Je trouve qu’il commence à me juger.
Je trouve qu’il manque d’ouverture d’esprit. Il ne comprend pas pourquoi je veux mourir en pratiquant un hara-kiri. Il manque aussi d’ouverture quand je lui parle d’agriculture. Il va conclure que je ne suis pas une menace éminente, donc il me permet de porter une jaquette d’hôpital. Si l’infirmière avait pu elle aussi discuter et m’écouter plus, peut-être elle serait venue à la même conclusion. Je ne me sens pas vraiment mieux. Je déprime davantage, car j’ai l’impression de ne pas être compris par le personnel. Il y a une infirmière qui va me permettre, d’aller à la toilette sans demander la permission, de fermer ma porte dans la nuit et j’ai droit à ma brosse à dents. Je vais très mal dormir cette nuit. Vers 4 heures du matin je ne dors plus.

  • Grey Vimeo Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey YouTube Icon
  • Grey Instagram Icon

© 2018 Comité Citoyen pour la Santé au Témiscamingue

COMITE CITOYEN POUR LA SANTE AU TEMISCAMINGUE