• Grey Vimeo Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey YouTube Icon
  • Grey Instagram Icon

© 2018 Comité Citoyen pour la Santé au Témiscamingue

COMITE CITOYEN POUR LA SANTE AU TEMISCAMINGUE

Situation difficile pour plusieurs intervenants au soutien à domicile

Bonjour, Très belle initiative cette création de site internet. Je voudrais parler d'un aspect qui a des répercussions directes sur la clientèle en perte d'autonomie et leur famille. Le travail demandé aux différents professionnels de l'équipe du soutien à domicile et de plus en plus exigeant. Le nombre exigé de rencontres par jour à domicile a augmenté, le nombre de clients attribué à chaque intervenant ne cesse d'augmenter et la complexité des cas est très importante. On exige aussi aux intervenants de compléter des outils d'évaluation de plus en plus longs et complexes. Avec le vieillissement de la population, il est bien certain que cela affecte le nombre de demande d'aide à domicile. Toutefois, aucune augmentation de personnel suit cette grande croissance de demandes. Bref, les intervenants vivent énormément de pression chaque jour. Cela affecte bien entendu le climat de travail et la qualité des services à la population. Régulièrement j'entends des membres de mon équipe parler de retraites devancées, de changement de carrière. Les congés maladie sont aussi en augmentation importante dans les dernières années. Il devient primordial de voir à l'amélioration de la qualité de vie au travail pour améliorer la santé des intervenants, la stabilité des membres de l'équipe et la qualité des services offerts à la population.

Démission, jeux de chaise, intérimaire en gestion

La présidente directrice générale intérimaire du CISSSAT vient de nommer un directeur-adjoint intérimaire au (SAPA) programme soutien à l'autonomie des personnes âgées qui est sous l'autorité de la directrice intérimaire du programme (SAPA).
Un jeux de chaises qui vient encore fragiliser la gestion de ce programme d'une importance majeure au Témiscamingue. Cette situation démontre encore la précarité du système de gestion des programmes